Partagez|
 

 ✥ message test

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admin
guilde ∣ corbeau
guilde ∣ corbeau
InfosMessages : 102
Date d'inscription : 24/10/2014
Personnage

Feuille de personnage
inventaire:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ✥ message test Jeu 6 Nov - 11:53


La Chantrie

❝La religion majeure à Thédas❞



Origines, création et hiérarchie
Créée en Orlaïs par le premier empereur Kordillus Drakan, la Chantrie est l'organisation religieuse dominante à Thédas depuis de nombreuses générations. Ce culte est basé sur le Cantique de la Lumière, une série d'enseignement rédigées par la prophétesse du Créateur : Andrasté. Les adeptes sont appelés Andrastriens et Andrastriennes. Le but de la Chantrie est de répandre le Cantique de la Lumière aux quatre coins du monde notamment auprès des elfes et des nains.


Symbole de la Chantrie il représente l'objectif premier du mouvement religieux Andrastrien : si tous les peuples de Thédas réunis sous ce soleil entonnent ensemble les chants sacrés de la Chantrie, alors le regard du Créateur se tournera de nouveau vers ses enfants.

Création de la Chantrie c'est 170 ans après la mort d'Andrasté que le premier empereur d'Orlaïs : Kordillus Drakan créait la Chantrie d'Andrasté.

Hiérarchie de la Chantrie tout en haut de la hiérarchie se trouve la Divine. Celle-ci est élue à vie par le Collège des Prêtresses et siège à la grande Cathédrale de Val-Royeaux. Justinia I fut la première Divine et son élection marqua la première année du premier âge de la Chantrie, l'âge de la Divine. Aujourd'hui la Divine se nomme Justinia II. Ensuite viennent les Grandes prêtresses qui sont les représentantes de la Divine à travers Thédas. Chacune d'entre elle supervise de nombreuses Chantries et elles ont autant d'influence que les plus hauts nobles. Les Mères sont des prêtresses dédiée à une Chantrie, la plus âgée et sage d'entres-elles est nommée "Révérende Mère". Les Mères dirigent la pratique du culte au sein de leur Chantrie, récitant le Cantique et enseignant les préceptes du Créateur. Au bas de l'échelle sont les frères et sœurs de la Chantrie qui peuvent être issus de n'importe quel rang social : noble, orphelins, anciens criminels repentis... Ils sont éduqués religieusement par la Chantrie et dévoue leur vie au culte. Seules les sœurs peuvent espérer un jour évoluer au sein de la Chantrie puisque l'empereur Kordillius Drakan avait jugé qu'à l'inverse des hommes, les femmes étaient assez pures pour devenir prêtresses d'Andrasté. Les hommes peuvent également occuper le poste de cantor. Ils ne peuvent prononcer d'autres mots que ceux qui sont présents dans le cantique de la lumière.

La Divine est le chef attitré de la Chantrie, bien que depuis le schisme entre Val Royeaux et l'Empire tévintide, il existe de facto deux Divins simultanément : une femme que l'on appelle officieusement la Divine blanche, qui siège à la Grande Cathédrale de Val Royeaux, et le Divin noir, un homme qui trône dans la Flèche d'argent de Minrathie.

Ni la Divine, ni le Divin n'acceptent de reconnaître l'autre et les noms officieux passent pour sacrilèges. Homme ou femme, on appelle toujours un Divin "votre Sainteté" ou "votre Perfection".

Juste après les Divins viennent les Grandes prêtresses. Chacune préside sur de nombreuses chantries et représente la plus haute autorité religieuse à l'échelle régionale. Elles se rendent à Val Royeaux lorsque le Collège des prêtresses tient assemblée, mais restent la plupart du temps au poste qui leur a été attribué. Il convient de s'adresser à une grande prêtresse par "votre Grâce" ou "votre Excellence".

Vient ensuite la mère (ou, dans la Chantrie impériale, le père). Si une mère se voit confier une chantrie donnée, le terme "Révérende" est antéposé à son titre. Il s'agit là des prêtresses responsables du salut de leurs fidèles. Une mère ou Révérende mère est appelée "votre Révérence".

Frères et soeurs forment le tout-venant de la Chantrie. Ils sont répartis en trois groupes principaux : confirmés, initiés et prêtres. Les confirmés sont les frères et soeurs convers de la Chantrie, les petites gens qui se sont tournés vers la foi pour y trouver le secours. Ce sont souvent des individus qui ont mené une vie difficile ou impie et ont choisi de vivre en reclus, voire des orphelins et autres infortunés qui ont été élevés au sein de la Chantrie. Les confirmés s'occupent de la Chantrie en échange d'une vie de méditation et de tranquillité, loin de toute indiscrétion.

Seuls ceux qui prononcent leurs voeux deviennent initiés. Il s'agit là d'hommes et de femmes qui étudient, qui les sciences de l'esprit, qui les disciplines martiales. Tous les initiés reçoivent une éducation académique, mais seuls ceux qui souhaitent devenir templiers apprennent à combattre.

Véritables érudits de la Chantrie, les prêtres ont voué leur vie à la poursuite du savoir. On les trouve souvent dans les archives, à superviser les bibliothèques et autres dépositaires de savoir ancestral. Les plus âgés de ces prêtres, à qui l'on confie de telles archives, portent le titre de "doyen", bien qu'un tel rang reste inférieur à celui de mère. Tous les autres frères et soeurs sont appelés en antéposant leur titre à leur nom, par exemple "frère Génitivi".

Il est à noter en outre que le tutoiement est de mise au sein de la Chantrie ainsi qu'envers autrui, indépendamment de son rang et de son origine ; car aux yeux de la Chantrie, nous sommes tous frères et soeurs. Il reste néanmoins conseillé de vouvoyer les chantristes, sous peine de devenir immédiatement candidat à un prosélystisme effréné.

▬ Extrait d'un guide à l'intention des ambassadeurs riveniens.

L'ordre des templiers mais aussi celui des chercheurs de vérités dépendent tous deux de la Chantrie.


Le Créateur
Il est l'entité que la Chantrie révère depuis sa fondation. Il est celui qui a créé toute chose dans l'univers et façonné le monde des hommes : Thédas, ainsi que l'Immatériel. D'après les textes anciens, l'Immatériel et ses habitants furent Ses premières créations. Pour autant, ceux que l'on nomma "Premiers-nés" étaient sans âme, ils laissèrent leur monde imparfait et instable évoluer sans jamais essayer d'y apposer leur propre marque. C'est mécontent de son propre échec et de celui de ses créatures qu'Il les abandonna, se détournant d'eux pour créer un second monde qui serait digne de Lui. C'est alors que Thédas fut engendré, après la déception du Créateur qui ne commit plus les mêmes erreurs. Ses seconds enfants furent dotés d'intelligence et d'âme qui leur permirent de ressentir autant la peur que l'espoir mais aussi de créer et d'avoir des idées dans ce nouveau monde stable et immuable.

Le Créateur plaça un Voile entre Ses deux créations afin d'y séparer le monde des vivants de celui des esprits. Puis, Il rejoignit la Cité d'Or dans l'Immatériel, lieu dont Il fit sa résidence afin de pouvoir veiller sur ses créations. Le monde trouva ainsi une certaine stabilité, mais alors fut commis le premier des pêchés. Les puissants mages de Tevintide avaient en leur possession de terribles pouvoirs et maîtrisaient la magie du sang. Mais ça ne leur fut pas suffisant. Il cherchèrent à accéder à l'Immatériel pour en faire une carte. Projet ambitieux et vaniteux, ils trouvèrent un point de passage stable : La Cité d'Or et parvinrent à ouvrir le Voile. Dès qu'ils posèrent le pied sur le seuil de la cité, celle-ci se transforma en cité noire corrompue par leur présence. Quant aux mages ils furent éjectés de l'Immatériel avec une terrible malédiction : une corruption les transforma en créatures hideuses et avides de destruction : les engeances.

Le Créateur abandonna immédiatement la cité et se détourna des hommes. Plus tard Andrasté, la prophétesse, parvint à convaincre le Créateur de pardonner à ses enfants, mais celle-ci fut trahie par son mari, et le Créateur se détourna à nouveau des hommes. Il est dit qu'il recueillit Andrasté auprès de lui et en fit sa femme.
Aujourd'hui la Chantrie enseigne que lorsque le cantique de la lumière sera célébré partout, le Créateur reviendra parmi ses enfants et fera de leur terre un véritable paradis. Ceux qui n'auront pas suivit les enseignements d'Andrasté se retrouveront cependant à errer dans l'Immatériel avec les démons et les esprits.


La prêtresse Andrasté
L'histoire communément admise est qu'Andrasté serait née à Dénérim, à l'époque un simple village, et serait la fille du chef d'une des plus grandes tribus Alamarri. Dès son plus jeune âge, Andrasté avait des rêves et visions étranges d'une obscure entité divine se faisant appeler "Créateur", puis petit à petit elle se mit à comprendre et interpréter ses rêves. Le Créateur n'était pas qu'une entité divine, il était L'Entité divine, le Dieu seul et unique, qui avait abandonné les humains quand ils se sont mis à croire aux anciens dieux. Tombé amoureux d'Andrasté et de ses chants, le Créateur serait revenu de sa retraite pour lui proposer de le rejoindre loin du monde des mortels et de devenir sa divine épouse.

Andrasté s'était entre temps mariée à Maferath et ne souhaitait pas le quitter. Elle demanda au Créateur de revenir auprès des Hommes et de faire de Thédas un paradis, ce qu'il accepta, à condition qu'elle convainque tout le monde de détruire les idoles des faux dieux. Pour l'aider, il lui prêtait ses pouvoirs, et c'est ainsi que commença le culte du Créateur. En effet, Andrasté se mit alors à porter la parole du Créateur auprès de qui voulait l'entendre. Les paroles du Créateurs disaient entre autre que "la magie doit servir l'homme et non l'asservir", une idée qui connue un immense succès parmi les opprimés des territoires sous le joug de l'Empire Tévintide, où les dirigeants étaient tous des mages profitant des pouvoirs des "anciens dieux". Andrasté finit de convaincre tout le monde en annonçant que le premier Archidémon n'était autre que Dumat, un des Anciens Dieux. L'horreur du premier enclin était telle que plus personne ne souhaitait croire en pareille divinité.

Très vite Andrasté se retrouva à la tête d'une armée qui ne cessait de grandir à mesure qu'on entendait parler des miracles qui se produisaient sur sa route. Maferath occupait le poste de général et ensemble ils parvinrent jusqu'au cœur de l'Empire Tévintide. Mais son époux, par jalousie envers l'influence de sa femme et sa dévotion au Créateur, fit en secret un pacte avec Hessarian, l'Archon à la tête de l'Empire. Les termes en étaient simple : une trêve en échange de la vie d'Andrasté. Faite prisonnière sous ses yeux, il feignit l'indignation. Afin de faire un exemple de ce à quoi menait la rébellion contre l'Empire, Andrasté fut brûlée vive à Minratis. Mais Hessarian eût finalement pitié d'elle et d'un coup d'épée, il mit très vite fin à ses souffrances. Plus tard, il déclarera que c'était le Créateur qui lui intima d'agir ainsi. Il devint alors un fervent prêcheur du Créateur et dénonça l'acte de Maferath. Ce dernier disparu pour ne plus jamais réapparaitre.

Le Créateur fit ainsi d'Andrasté Son épouse divine.


Textes et Cantiques

Rien n'avait de nom
Ni les cieux, ni la terre, ni l'océan ni le Soleil.
Seul existait le silence.
Alors la Voix du Créateur retentit,
Le premier Verbe,
Et son Verbe devint tout ce qui serait jamais :
Rêve et idée, espoir et peur,
Possibilités infinies.
De cette matière, il créa ses premiers-nés.
Et il leur dit :
Je vous forge en Mon image
Et vous octroie gouverne
Sur toute Ma création.
Que votre volonté
Préside à toute chose.

Alors au centre des cieux,
Il fit jaillir
Une cité aux tours d'or,
Aux rues pavées de musique,
Aux bannières qui flottaient sans un souffle de vent.
En ce lieu Il trôna, à attendre
D'admirer les merveilles
Que créerait Sa progéniture.

Les enfants du Créateur se rassemblèrent
Au pied de Son trône d'or
Et chantèrent des hymnes et louanges sans fin.
Mais leur chant
Etait celui des pavés.
Ils brillaient des reflets
De l'or sur le trône du Créateur.
Ils portaient haut les bannières
Qui flottaient sans aide.

Et la voix du Créateur retentit
En l'Immatériel : J'ai façonné Mon premier-né
A Mon image. Vous avez reçu mainmise
Sur tout ce qui existe. La création est soumise
A votre vouloir.
Pourtant vous n'en faites rien.
Le royaume que Je vous ai donné
Est informe, inconstant.

Et Il sut que Son ouvrage avait failli.
Aussi le Créateur se détourna-t-Il de ses premiers-nés
Et prit à l'Immatériel
Une once de sa chair vivante
Qu'Il plaça loin des esprits. Et telles furent Ses paroles :
En ce jour, Je décrète
Qu'il est opposition en toute chose :
Pour la terre, le ciel
Pour l'hiver, l'été
Pour les ténèbres, la Lumière.
Seule Ma volonté peut rompre l'équilibre
Et insuffler au monde une nouvelle vie.

Et le monde n'était plus informe, inconstant,
Mais solide, immuable,
Doté de noms pour les cieux et la terre, l'océan et le Soleil.
Pour finir, le Créateur
Façonna dans le monde tangible
L'homme. Aussi immuable que la terre,
A l'âme peuplée de rêves et idées, espoirs et peurs,
Possibilités infinies.

Alors le Créateur dit :
A toi, mon deuxième enfant, Je lègue ce don :
En ton coeur brûlera
Une flamme inextinguible
Dévorante et jamais satisfaite.
Je t'ai façonné de l'Immatériel,
Et à l'Immatériel tu reviendras
Chaque nuit en songe
Pour te souvenir à jamais de Moi.

Alors le Créateur ferma à jamais les portes
De la Cité d'Or
Et en ce lieu Il trôna, à attendre
D'admirer les merveilles
Que créerait Sa progéniture.

Le Créateur;
▬ "Oraisons" 5:1-8.

Telles sont les vérités que le Créateur m'a révélées :
Comme il n'existe qu'un monde,
Une vie, une mort, il n'existe
Qu'un dieu, notre Créateur.
Ceux qui consacrent leur amour à de faux dieux,
Ceux-là sont des pécheurs.

La magie doit servir l'homme, et non l'asservir.
Bien méprisables sont ceux
Qui ont retourné Sa manne
Contre Ses enfants.
Ceux-là seront nommés maléficiens et leur nom sera maudit ;
Ils ne connaîtront le repos ni en ce monde,
Ni dans l'au-delà.

Du plus humble des esclaves au plus grand des rois,
Tous les hommes sont nés
Des mains du Créateur.
Qui sème le conflit et nuit
Au moindre de Ses enfants sans y avoir été contraint,
Celui-là est maudit par le Créateur.

Qui de ses actes est parjure, menteur,
Et cherche à duper, qu'il sache ceci :
Il n'est qu'une Vérité.
Notre Créateur est omniscient
Et jugera de leurs mensonges.

Rien n'est infini ici-bas.
Ce que gagne l'un, l'autre le perd.
Qui vole son prochain
Porte atteinte à son être et son esprit.
Notre Créateur le constate le cœur lourd.

Les commandements du Créateur;
▬ "Transfigurations" 1:1-5.

Nombreux, ceux qui se vautrent dans le péché,
Persuadés d'être damnés de corps et d'âme,
Mais qui se repent, qui garde sa foi entière
Malgré les ténèbres du monde,
Qui traite les faibles sans veulerie ni dédain
Mais respecte la loi
Et les œuvres du Créateur, celle-là connaîtra
La pureté bénite du Créateur.
La Lumière lui fera traverser dans la paix
Les voies de ce monde et de l'au-delà.
Pour celle qui s'en remet au Créateur, le feu est son eau.
Tout comme le papillon de nuit voit la lumière et s'approche de la flamme,
Elle doit voir le feu et s'approcher de la Lumière.
Le Voile ne lui réservera nulle incertitude,
Pas plus qu'elle ne redoutera la mort, car le Créateur
Sera son flambeau et son bouclier, ses fondations et son épée.

Le Cantique de la Lumière: rédemption;
▬ "Transfigurations" 1:1-10.

Jadis existait sur la côte de la Mer d'écume un minuscule village de pêcheurs dont l'Empire tévintide réduisit les habitants en esclavage et les vendit sur les marchés de Minrathie, en n'épargnant que vieillards et infirmes. Parmi les captifs, la jeune enfant Andrasté.

Elle grandit donc esclave en une contrée lointaine, puis un jour parvint à s'échapper et entreprit seule le long et périlleux voyage pour retourner en sa terre natale. D'esclave, elle devint femme d'un seigneur alamarri.

Chaque jour, elle élevait aux dieux un chant pour les implorer d'aider les siens, restés esclaves à Tévinter. Les faux dieux des montagnes et des vents ne daignaient pas lui répondre, mais le dieu véritable vint à elle.

Le Créateur parla. Il lui montra tout ce qu'Il avait fabriqué de Sa main : l'Immatériel et le monde et toutes les créatures qui les peuplaient. Il lui fit voir que les hommes L'avaient oublié, qu'ils adoraient idoles muettes et démons, et qu'Il les avait abandonnés à leur sort. Mais sa voix Lui était parvenue et L'avait à ce point ravi qu'Il lui offrait un place à Ses côtés, en souveraine de la création.

Mais Andrasté ne pouvait se résoudre à abandonner son peuple.

Elle supplia le Créateur de revenir parmi Ses enfants, de les sauver du cruel Empire tévintide. A contrecœur, le Créateur accepta de donner à l'homme une seconde chance.

Andrasté s'en retourna auprès de Maférath, son époux, et lui répéta tout ce que le Créateur lui avait révélé. Ensemble, ils rallièrent les alamarri et marchèrent sur les seigneurs-mages de l'Empire, le Créateur à leurs côtés.

L'épée du Créateur était la création elle-même : feu et inondation, famine et tremblement de terre. Partout où ils allaient, Andrasté répandait la bonne parole du Créateur et les disciples d'Andrasté se faisaient de plus en plus nombreux, jusqu'à devenir une véritable marée qui se déversa sur l'Empire. Mais lorsque Maférath s'aperçut que toute l'attention était portée sur Andrasté, le serpent de la jalousie enserra son cœur.

Enfin, les armées d'Andrasté et de Maférath parvinrent aux portes de Minrathie, mais Andrasté n'était pas avec eux.

En effet, Maférath avait livré en secret Andrasté aux tévintides ; en contrepartie, l'archonte lui donnait toutes les terres au sud de la Mer d'écume.

Ainsi donc, devant toutes les armées alamarri et tévintides, Andrasté fut attachée sur un bûcher et brûlée vive tandis que son époux ici-bas faisait détourner les yeux de son armée, car son cœur avait été dévoré. Mais en contemplant le bûcher, l'archonte fut pris de pitié pour Andrasté. Il dégaina son épée et lui offrit la miséricorde d'une mort rapide.

Le Créateur pleura la mort de Sa bien-aimée, maudit Maférath, maudit la trahison de l'humanité et se détourna à nouveau de Sa création en n'emmenant avec lui qu'Andrasté. Depuis lors, notre Dame siège à Ses côtés et l'exhorte inlassablement à avoir pitié de Ses enfants.

Andrasté, compagne du Créateur;
▬ Tiré des "Sermons de Justinia II


Galerie
Cliquez sur les images pour les afficher en taille réelle

Intérieur d'une Chantrie
Siège de la Divine dans la Grande Cathédrale de Val Royeaux
Série de vitraux dans la Grande Cathédrale de Val Royeaux
Grand triptyque représentant la prophétesse Andrasté
Atours officiels de la Divine

Revenir en haut Aller en bas
http://get-lost-sucker.forumactif.org

✥ message test

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bien reçu le test de TTS
» Blind Test Disney
» [Lego] Test Lego Atlantis
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Super Mario 64.
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Casse toi tu pues :: Démarrer l'Aventure :: Façonnat :: Annexes-